Blog Beauté - Mode - Lifestyle - Rennes

BloBg

vendredi 20 octobre 2017

Rendez-vous sur Hellocoton !

Heroine : ma découverte des Superstay Matte Ink de Maybelline

Hello !


Youpi, retour du rouge à lèvres sur le blog ! J'ai tellement de sujets dont je veux vous parler ici que ça fait des lustres que je n'ai pas abordé ce sujet ; scandale !
Pourtant c'est mon préféré ! Ahah Captain Obvious merci, je pense que vous en êtes conscients vu que je vous bassine sans arrêt, tant ici dès que je le peux, que sur mes réseaux sociaux ^_^

Sans plus de suspens, je peux dors et déjà vous dire que j'aime vraiment beaucoup ce produit. Pourtant, si j'étais restée sur ma première impression, cet article, si déjà il avait existé, aurait été complètement à l'opposé.


La première fois que j'ai porté ce rouge à lèvres liquide, le jour même où je l'ai acheté, ça a été une grosse catastrophe. Il n'a pas tenu comme il faut, il a séché d'une manière horrible qui fripait mes lèvres, partait en paillettes et faisait même des pâtés (non je vous jure que je n'en rajoute pas, ma cousine était là elle peut en témoigner). Tellement ignoble que je n'assumais pas de me trimbaler avec ça dans la rue, j'ai chopé du démaquillant dans une boutique Make up forever pour m'en débarrasser !

J'étais sur le coup dégoûtée d'avoir mis 16 balles (bon ok 15,90€ mais franchement on est plus à 10cts près) chez Monop pour ce tube qui me décevait tellement... J'étais prête à l'abandonner au fond d'un tiroir et à le détester pour le reste de mes jours, jusqu'à ce que je tombe sur plusieurs revues vraiment élogieuses à propos du produit...
Là je me suis dit j'ai pas testé le même doit y avoir un soucis. J'ai donc retenté l'expérience : de la haine à l'amour en une journée ! Je vous promets je ne comprends toujours pas ce qui s'est passé la première fois : rien à voir depuis...


Je l'ai reporté plusieurs fois, et je suis fan ! Je vais vous expliquer pourquoi.

Déjà, le packaging est plutôt cool, assez fun, même si je n'irais pas jusqu'à dire que je le trouve joli. Ça change de ce qu'on a pu voir pour ce type de produit jusqu'à maintenant, c'est une bonne chose. Le tube est long, carré, et plein ; on ne voit pas à travers. Le capuchon est blanc, avec le numéro et nom de la teinte au dessus, et le tube correspond à la couleur qu'il contient.
C'est du plastique mat, plutôt quali pour du maquillage de supermarché. Le Super Stay Matte Ink de Maybelline a donc un peu de gueule.


L'embout applicateur est en forme de feuille, long, et plutôt fin. Il est creux au centre pour créer comme une sorte de réservoir où la matière se loge : ça je n'aime pas du tout. Ce n'est pas pratique, même si l'idée part d'un bon sentiment, puisqu'au final la matière qui s'y met y reste... Donc au final ça n'aide pas à l'application, au contraire même je dirais ; je suis obligée de replonger dans le tube au moins une fois pour faire toute ma bouche correctement.


La texture du rouge à lèvres en lui même est par contre plutôt sympa : fine, assez facile à appliquer, et ultra pigmentée ! Ce n'est pas aussi aqueux que les Huda Beauty, mais pas aussi mousseux que les Sephora, c'est un entre deux quoi. Mais c'est surtout beaucoup plus sec : ça laisse peu de temps pour manœuvrer et appliquer proprement sur la bouche. Il faut toutefois éviter de replonger trop et de chercher à mettre plus de matière ; je pense que ça a été mon erreur le premier jour. Il faut essayer de faire des couches aussi fines que possible, l'intensité des pigments le permet tout à fait.

Ça sèche plutôt vite, et ça se fixe sans bouger sans aucun soucis. La pigmentation est intense dès le premier passage, et je dois dire que j'avais un peu peur de la teinte Heroine que j'ai choisie, mais elle a un je ne sais quoi qui la rend bien plus originale et portable qu'un orange pur. Y a comme un fond de rose, c'est peut être ça qu'on appelle corail (encore une teinte universelle et pratique dans laquelle on case ce qu'on ne sait pas trop définir sans jamais vraiment être raccord).
Ça pète, oui, mais ça s'assume carrément !


Par contre l'odeur ne me plait pas vraiment, mais comparé aux Vivid Matte Liquid ou aux Color Elixir que je ne peux pas porter parce que je ne supporte pas l'odeur, là au moins ça passe. C'est très chimique et légèrement sucré, mais ça ne se sent pas une fois que c'est appliqué et fixé sur les lèvres.

Niveau tenue, comme je le disais au début, mis à part le tout premier jour, je le trouve phénoménal ! Le confort est là ; pas de tiraillement, pas de lèvres desséchées outre mesure en fin de journée, et une couleur intense et fidèle même après avoir mangé. Et c'est sans transfert ! Le petit soucis qui me chiffonne c'est que ça reste plutôt collant, mais sans déplacer la matière donc bon, on fait avec !
Il est balaise à démaquiller aussi, mais avec une huile ou du biphasé, on en vient à bout. Sachez quand même, pour celle que ça dérange, que même après l'avoir démaquillé les lèvres restent teintées, :le matin quand je rafraîchis mon visage j'en enlève encore des résidus.


Du coup, j'ai repéré d'autres teintes qui me botteraient bien, mais le prix me calme un peu. Dans cette gamme, mis à part un nude (qui ne me tente pas du tout), ce sont surtout des teintes qui claquent : un rouge framboise bien vitaminé, un violet néon...
Un jour peut être, mais pour l'instant, je me contente de celui ci (et puis je suis très attirée par les textures laquées aussi).
Vous les avez essayés vous ? Alors, qu'est-ce que vous en pensez ?

EDIT : entre la rédaction et la publication de cet article, j'ai racheté deux teintes ; Pioneer, le fameux rouge framboise intense, et Believer, le violet foncé. Si Pioneer se comporte magnifiquement comme Heroine, pour Believer c'est tout autre chose ; la pigmentation est très aléatoire, et il est impossible d'avoir un résultat uniforme et propre sur la bouche... Je retenterai, mais c'est quand même assez galère, et très dommage..

Pour info je les ai trouvé chez Cora à 9,90€ ! C'est quand même vachement plus abordable (Monoprix t'es pas sympa).




mardi 17 octobre 2017

Rendez-vous sur Hellocoton !

Jeune et con : quelques anecdotes

Hello !

Je pense que cette photo va officiellement devenir celle des articles blabla ^_^

Je ne sais pas vous, mais parfois je repense à ces choses que je faisais quand j’étais petite, ces croyances que j’avais, ces choses qui m’ont plus ou moins marquée – voire traumatisée – et dont je rigole franchement aujourd’hui.

Je pense qu’on a tous des petites anecdotes qui nous font bien marrer maintenant, mais un jour, on a été petits, et innocents (parfois un peu cons faut le dire), et je repense parfois à ces petites choses en me disant que j’étais quand même sacrément neuneu.

Je vais donc partager avec vous ces bêtises, ces légendes urbaines, qui ont habitées ma jeunesse, et qui me font marrer aujourd’hui.

- Une fois avec mon cousin, alors qu'on jouait dehors sous un grand soleil, on est tombés sur une limace. Et comme des petits cons qu’on était, on l’a écrasée (je sais, je culpabilise encore aujourd’hui…) : un orage cataclysmique s’est déclenché juste après (en mode Les Visiteurs et le sceau du Comte de Montmirail qui retrouve son double), et du coup, je suis restée persuadée plusieurs années qu’écraser une limace déclenchait les orages, du coup, je n’ai plus jamais recommencé (peace la limace : ton sacrifice en aura sauvé des tas d’autres).

- Je ne dormais JAMAIS avec des chaussettes aux pieds jusqu’à récemment (je vous rassure j’avais cessé d’y croire, mais du coup j’avais l’habitude de m’en passer) parce qu’il me semble qu’on m’avait dit que sinon, mes pieds allaient ramollir (qu’est-ce que c’est con x_x)

- Un jour ma maman m’a donné quelque chose (un bonbon ou je sais plus quoi mais bon on s’en fout), et comme je ne remerciais pas, elle m’a dit « Ben alors, on dit merci mon chien ? », et j’ai dit « Merci mon chien » à ma maman, ce qui m’a valu une petite tape et le plus grand sentiment d’injustice de ma vie – ou presque – puisqu’en toute honnêteté, j’étais trop jeune pour comprendre ce qui venait de ce passer et ce que j’avais fait de mal, puisque j’avais juste dit ce qu’on me demandait de dire. Vous inquiétez pas après 10 années de séances chez un psy, je m’en suis remise (je blague hein ! on sait jamais…).

J'ai pas trouvé plus kitsch, désolée...

- Quand j'étais petite, j'ai eu ce que je qualifierais "d'accident de caddie". Je suis tombée dedans en me cognant la bouche ; j'ai perdu un bout de langue dans la bataille (manifestement ça repousse puisqu'elle est vite revenue à son état normal ensuite), et ma dent de lait a tapé dans la définitive qui était encore dans la gencive. Ce qui fait que quand elle a poussé, elle était ébréchée et jaune (comme sur la photo ci-dessus). Ça me pourrit la vie encore aujourd'hui puisque, si ça ne se voit plus grâce au brillant subterfuge de la résine, j'ai régulièrement des caries dessus, et elle est très sensible.

- En CE2, j’ai fabriqué un magnifique château fort en rouleaux de PQ à ma maîtresse (qui avait une haleine de café et que j’ai détestée, ça devait être au début de l’année). J’en étais très fière (mais où étaient mes parents quand je l’ai emporté à l’école ? ils m’ont peut être laissée faire parce que eux aussi pouvaient pas l’encadrer), mais vu sa tête, je crois qu’elle m’en veut encore environ 25 ans après.

- Une fois on a fait une balade en forêt avec ma classe de maternelle, et on a joué à cache cache (brillante idée quand on y pense avec des gamins de 3 à 5 ans dans la forêt)… Je voulais tellement qu’on me trouve pas que je me suis cachée trop loin… et ça a marché puisqu’ils ne me pas retrouvée, et moi non plus d'ailleurs… J’ai couru dans tous les sens en hurlant et en pleurant sans réussir à les retrouver. J’ai traversé 2 ruisseaux et je suis tombée sur un pauvre petit renard mort pendu par la queue. Une fois dans les champs en lisière de forêt, j’ai entendu un aboiement que j’ai reconnu comme celui du chien des voisins, et j’ai retrouvé ma maison grâce à ça. Aujourd’hui encore, je comprends pas… Je suis rentrée pile au moment où la sirène des pompiers sonnait pour partir me chercher. D'ailleurs 20 après quand j'y suis retournée en vacances, j'étais toujours "celle qui s'est perdue dans les bois"...


- Quand j’étais petite j’étais fascinée par les mouvements que ma maman faisait en conduisant (et par les conducteurs en général, comme ceux qui gardaient la main sur le levier de vitesse en mode nonchalants), et surtout quand elle laissait le volant tourner entre ses mains et se replacer tout seul après un virage, je trouvais ça élégant et classe… oui oui…

Dites moi (rassurez moi surtout) que je n'étais pas la seule à dire "chiasse d'eau", "tête d'oreiller", à chanter "pieds zépoiliés (au lieu de "pieds et poings liés" dans je ne sais plus quelle chanson)"... à faire semblant de savoir nager en avançant en m'appuyant sur les cailloux dans une eau transparente (et en me la pétant grave sinon c'est moins cool), à répéter la chorégraphie du grand final de Dirty Dancing avec une chaise, à ouvrir un hôpital pour les hannetons... 

Racontez-moi vos anecdotes d'enfance :D !